infliger

infliger [ ɛ̃fliʒe ] v. tr. <conjug. : 3>
• 1488, rare av. XVIIe; lat. infligere
1Appliquer (une peine matérielle ou morale). Infliger un châtiment, une sanction, une peine à qqn. donner, prononcer (contre). « L'oubli et le silence sont la punition qu'on inflige à ce qu'on a trouvé laid ou commun » (Renan). Infliger une amende, une contravention.
2Faire subir. Infliger un affront. Infliger un supplice, la torture à qqn. supplicier, torturer. Par ext. Imposer (qqch. de mal supporté). Il nous a infligé sa présence, la lecture de ses poèmes.
⊗ CONTR. Épargner, subir.

infliger verbe transitif (latin infligere) Appliquer une peine à quelqu'un : Infliger un blâme à un employé. Imposer quelque chose, quelqu'un de pénible à quelqu'un : Infliger le récit de ses infortunes.infliger (difficultés) verbe transitif (latin infligere) Conjugaison Le g devient -ge- devant a et o : il inflige, nous infligeons ; il infligea. ● infliger (expressions) verbe transitif (latin infligere) Infliger un démenti, démentir fermement quelque chose. ● infliger (synonymes) verbe transitif (latin infligere) Appliquer une peine à quelqu'un
Synonymes :

infliger
v. tr.
d1./d Imposer, appliquer (une peine). Infliger une amende à un automobiliste.
d2./d Par ext. Faire subir. Infliger un affront. Il nous a infligé un discours ennuyeux.

⇒INFLIGER, verbe trans.
A. — DR., vx. ,,Prononcer une peine contre quelqu'un, lui imposer une peine pour quelque transgression, quelque crime, quelque faute`` (Ac. 1835, 1878). Infliger une condamnation, la peine de mort à qqn. Le Tsar Pierre Ier, étant à Spithead, voulut savoir ce que c'était que le châtiment de la cale qu'on inflige aux matelots (CHAMFORT, Caract. et anecd., 1794, p. 91). Vous m'obligez à vous infliger une punition : vous garderez les arrêts huit jours, monsieur (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 20). Le 30 juin, « l'Ambassade de France » me notifiait l'ordre de me constituer prisonnier à la prison Saint-Michel à Toulouse pour y être jugé par le Conseil de guerre. Celui-ci m'infligeait, d'abord, un mois de prison (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 71) :
1. ... il exécuta dès cet instant sur moi la plus affreuse sentence qu'aucun tribunal eût jamais pu m'infliger : un bannissement et une captivité de sept à huit mois, à trois mille lieues de ma famille, de mes intérêts, de mon pays, de mes proches, de toutes mes affections.
LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 557.
B. — Faire subir une peine matérielle ou morale à quelqu'un. Ils pensaient très fréquemment aux tortures que la Gestapo infligeait aux Français de la résistance qui tombaient entre leurs mains (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 257). Une humiliation vient de m'être infligée, qui surpasse tout ce qui m'a été infligé depuis que j'existe (MONTHERL., Malatesta, 1946, I, 7, p. 451) :
2. Il n'y a pas de jour où, rêvant à ce que j'ai été, je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né, la chambre où ma mère m'infligea la vie, la tempête dont le bruit berça mon premier sommeil, le frère infortuné qui me donna un nom que j'ai presque toujours traîné dans le malheur.
CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 29.
SYNT. Infliger une amende, une correction, une punition corporelle, de mauvais traitements, un supplice à qqn; infliger des pertes à l'ennemi; infliger un affront, un blâme, une blessure d'amour-propre, un échec, une réprimande, des reproches à qqn.
Expr. Infliger un démenti à qqn. Démentir ce qu'il dit. Christophe (...) acheva de les exaspérer, par le démenti brutal qu'il infligea, peu après, à des assertions que le journal lui avait prêtées (ROLLAND, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1190).
P. ext. Faire subir un dommage, une altération à quelque chose. L'église (...) a subi cette espèce de dévastation soigneuse, méthodique et vernissée que le protestantisme inflige aux églises gothiques (HUGO, Rhin, 1842, p. 403). Cette opinion paraît absurde et déraisonnable par suite du traitement que les théologiens ont infligé à ce qu'ils appellent l'Écriture (FRANCE, Rôtisserie, 1893, p. 142).
C. — Imposer une contrainte à quelqu'un, lui faire subir quelque chose ressenti comme désagréable. Infliger sa présence à qqn. Après l'un de ces formidables duos comme en infligent au public les compositeurs modernes (BALZAC, Splend. et mis., 1847, p. 549). Elle ne lui infligeait aucune conversation religieuse, aucune suggestion, aucun conseil (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 438) :
3. — Si j'étais un guide raisonnable et patenté, je ne vous aurais pas mené ici. Je vous aurais infligé la promenade classique pour étrangers : Sainte-Sophie, l'Hippodrome, la Sublime Porte et le Grand Bazar.
FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 140.
Emploi pronom. S'imposer quelque chose, s'astreindre à quelque chose. S'infliger une besogne, un pensum; s'infliger de cruelles fatigues, des jeûnes excessifs, des pénitences corporelles. Il faut une punition à mon bonheur. Je m'inflige de ne pas vous écrire avant samedi prochain (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p. 1433).
REM. Infligeur, subst. masc., rare. Celui qui inflige. Mon record en tant qu'infligeur d'affronts et correcteur d'outrecuidants (LARBAUD, Journal, 1931, p. 249).
Prononc. et Orth. : [], (il) inflige []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1451 (Coutume de Touraine, 199, D'Espinay ds DELB. Notes mss : Pugnicion corporelle ou publique peut estre infligée); 2. 1807 emploi pronom. (STAËL, Corinne, t. 2, p. 135 : il en est beaucoup parmi eux qui s'infligent des pénitences corporelles). Du lat. infligere « heurter, infliger une blessure » d'où à l'époque médiév. ca 1250 « punir » (v. LATHAM.). Fréq. abs. littér. : 802. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 736, b) 697; XXe s. : a) 1 511, b) 1 497. Bbg. BUSSE (W.). Klasse, Transitivität... München, 1974, p. 19, 211.

infliger [ɛ̃fliʒe] v. tr. [CONJUG. bouger.]
ÉTYM. 1488, rare av. XVIIe; lat. infligere, de in-, et du lat. archaïque fligere « frapper ».
Appliquer (une peine matérielle ou morale, à qqn). || Action d'infliger une peine. Infliction (vx). || Les peines que Dieu inflige aux pécheurs en expiation de leurs fautes (→ Garder, cit. 89). || Infliger un châtiment (cit. 4) à qqn (→ Humiliation, cit. 4). || Infliger un blâme, une mauvaise note, une punition, une sanction à un élève. Donner. || On lui a infligé une sévère correction. Administrer. || Infliger une amende, une contravention à un automobiliste. || Infliger les arrêts (cit. 7) de rigueur à un officier. || Infliger la peine de mort à un assassin. Prononcer (contre). || Infliger un supplice, la torture à qqn ( Supplicier, torturer).Sans compl. second. || Infliger des peines sévères.
1 (…) il est aussi absurde d'infliger la torture pour parvenir à la connaissance d'un crime, qu'il était absurde d'ordonner autrefois le duel pour juger un coupable (…)
Voltaire, Dict. philosophique, Question.
2 (…) au milieu de vos admirations et de vos tendresses fidèles, vous lui infligerez cependant (…) une mauvaise note (…)
Sainte-Beuve, Chateaubriand, t. II, p. 370.
2.1 Son rédacteur en chef n'était pas très content d'elle et lui avait infligé une forte diminution d'appointements.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 257.
Littér. || Infliger (qqch., une peine) à quelque chose.
3 On ne doit jamais écrire que de ce qu'on aime. L'oubli et le silence sont la punition qu'on inflige à ce qu'on a trouvé laid ou commun, dans la promenade à travers la vie.
Renan, Souvenirs d'enfance…, Préface.
(Sujet n. de personne ou de chose). Faire subir (qqch. à qqn). || Infliger un affront, un camouflet (cit.) à qqn. || Les tourments qui lui sont infligés (→ Accalmie, cit. 2). || Les infirmités que la nature lui a infligées… ( Affliger).Par ext. Imposer; → Inclémence, cit. 4. || Infliger à autrui des misères, des ennuis (→ Braver, cit. 8; éviter, cit. 43). || Il nous a infligé le récit de ses malheurs pendant tout le repas.Fig. || Infliger à qqn un démenti formel (→ Croyance, cit. 14).
4 Et, ce faisant, ils lui infligeaient sans s'en douter, une cruelle contrainte (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 47.
Au participe passé :
5 (…) la douleur infligée à ces innocents n'avait jamais cessé de leur paraître ce qu'elle était en réalité, c'est-à-dire un scandale.
Camus, la Peste, p. 233.
——————
s'infliger v. pron.
ÉTYM. (1829).
Imposer (s'). || S'infliger (à soi-même) une punition (→ Coulpe, cit. 2), des tortures (→ Curiosité, cit. 17). || S'infliger des privations, des sacrifices, des mortifications…(Passif). || Cette peine ne s'inflige plus.
CONTR. Épargner, éprouver, essuyer, subir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • infliger — INFLIGER. v. a. Ordonner par sentence, par authorité superieure, une peine à quelque personne pour quelque transgression, pour quelque faute criminelle. Les Loix, les Ordonnances infligent des peines, de grieves peines aux meurtriers, aux… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • INFLIGER — v. a. Prononcer une peine contre quelqu un, lui imposer une peine pour quelque transgression, quelque crime, quelque faute. Les peines que les lois infligent aux meurtriers, aux incendiaires, etc. La peine qui est infligée par le juge. Infliger… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • INFLIGER — v. tr. Frapper quelqu’un d’une peine pour une transgression, une faute, un crime. Les peines que les lois infligent aux assassins. Infliger une amende. Infliger un châtiment, un supplice. Infliger une pénitence. Fig., S’infliger des privations …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • infliger — (in fli jé. Le g prend un e devant a et o : infligeant, infligeons) v. a. Appliquer, en parlant d une peine quelconque, matérielle ou morale. S infliger des privations. •   Il n était permis ni aux particuliers de faire mourir un esclave, ni au… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • infliger — (v. 1) Présent : inflige, infliges, inflige, infligeons, infligez, infligent ; Futur : infligerai, infligeras, infligera, infligerons, infligerez, infligeront ; Passé : infligeai, infligeas, infligea, infligeâmes, infligeâtes, infligèrent ;… …   French Morphology and Phonetics

  • infliger — vt. inflijî (Albanais, Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Infliger un démenti — ● Infliger un démenti démentir fermement quelque chose …   Encyclopédie Universelle

  • Command & Conquer: Tiberian Sun — Command Conquer : Soleil de Tiberium Command Conquer : Soleil de Tiberium Éditeur Electronic Arts Développeur Westwood Studios Début du projet mi 1996 (36 mois de développement) Date de sortie 31 juillet …   Wikipédia en Français

  • Command & Conquer : Soleil De Tiberium — Command Conquer : Soleil de Tiberium Command Conquer : Soleil de Tiberium Éditeur Electronic Arts Développeur Westwood Studios Début du projet mi 1996 (36 mois de développement) Date de sortie 31 juillet …   Wikipédia en Français

  • Command & Conquer : Soleil de Tiberium - Mission Hydre — Command Conquer : Soleil de Tiberium Command Conquer : Soleil de Tiberium Éditeur Electronic Arts Développeur Westwood Studios Début du projet mi 1996 (36 mois de développement) Date de sortie 31 juillet …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.